Une tribune dans “Le Monde”

Ce week-end marque un moment important pour la gauche de transformation. D’abord, parce que “Politis” organise ses “Assises pour le changement”, à la Bourse du travail de Saint-Denis ; j’y interviendrai à l’occasion de la table ronde conclusive qui réunira, dimanche après-midi, les représentants de toutes les organisations concernées (auparavant, dans les autres débats, mes camarades Nicolas Beniès, Marie-Pierre Toubhans, François Calaret et Michelle Ernis, auront défendu le point de vue de la Gauche unitaire). Ensuite, parce que le conseil politique national du Nouveau Parti anticapitaliste se réunit et qu’il doit donner sa réponse aux propositions du Front de gauche, dessinant le cadre possible d’un accord solide (c’est-à-dire porteur d’une ambition clairement majoritaire) pour les élections régionales de mars prochain. J’ai voulu saisir l’occasion de m’adresser solennellement à mes anciens camarades de parti, par l’entremise d’une tribune du “Monde” paru ce jour, afin de les exhorter à ne pas louper une nouvelle fois l’opportunité de rassembler largement sur un nouvelle offre pour la gauche. Je reproduis ci-dessous ce texte.

Camarades du NPA, choisissez l’espoir et la responsabilité !

Chers Camarades, nous avons longtemps partagé un combat commun. Jusqu’à la fondation du Nouveau Parti anticapitaliste, pour être précis… Avant qu’avec mes camarades de la Gauche unitaire, nous décidions d’entrer dans le Front de gauche pour les élections européennes… Le résultat du 7 juin aura ensuite montré que la stratégie du « cavalier seul » était une impasse, une organisation ne pouvant, à elle seule, constituer une alternative à gauche. Aujourd’hui, alors que votre conseil national va débattre de la proposition que vous font conjointement le Parti communiste, le Parti de gauche et la Gauche unitaire, celle d’un large rassemblement de la gauche de gauche pour le scrutin régional de mars prochain, c’est à un choix fondamental qu’il se trouve confronté.

C’est peu dire que nous entrons dans une période dangereuse. La crise du capitalisme, loin de s’acheminer vers son issue, met la planète à l’heure de terribles catastrophes sociales et écologiques. Face à l’avidité des possédants, le monde du travail manifeste une intense colère, mais celle-ci ne trouve pas le moindre répondant politique.

C’est que la gauche est menacée de Berezina. Traduction du marasme affectant toutes les social-démocraties, le Parti socialiste se décompose littéralement sous nos yeux, désormais polarisé par la recherche d’une alliance avec cette fraction de la droite qu’incarne François Bayrou et par cette présidentialisation à outrance de ses modes fonctionnement qu’exprime la décision d’organiser des « primaires ». Il est, dans cette voie délétère, suivi par les amis de Daniel Cohn-Bendit.

Le NPA le dit lui-même à juste titre, nous sommes menacés d’un délitement similaire à celui qui laisse, en Italie, un Silvio Berlusconi sans gauche ni opposition face à lui. Ce qui, à coup sûr, dégagerait au président de la République la voie de sa réélection en 2012.

”Exigence de rupture”

Si tel est bien le danger, le problème ne peut être simplement de faire exister une extrême gauche ou de faire assaut de radicalité pour mieux se distinguer de partenaires potentiels, mais de reconstruire une gauche tout court. Une gauche de gauche, pour tout dire ! Qui porte haut l’exigence de rupture avec les logiques capitalistes et productivistes. Qui ne recule pas devant la perspective d’une redistribution des richesses ou de la réappropriation sociale des secteurs de la société correspondant à des besoins vitaux de la population. Qui s’émancipe à cette fin de ce carcan libéral que représente le traité de Lisbonne. Qui place la démocratie, donc l’objectif d’une nouvelle République sortant des dérives du présidentialisme à outrance, au cœur de son projet.

Cette gauche, dont le Front de gauche a commencé d’esquisser les contours depuis des mois, peut s’affirmer avec plus d’ampleur grâce à la présentation de listes autonomes du Parti socialiste et d’Europe écologie au premier tour des régionales. Il n’est que trois impératifs pour y parvenir.

Un, que ces listes, tournant le dos aux postures de témoignage, revendiquent clairement leur volonté de bouleverser la donne politique, autrement dit leur ambition de conquérir une majorité à gauche et dans le pays sur une perspective de transformation sociale profonde. Deux, qu’elles affichent leur engagement sans ambiguïté à empêcher la droite de reprendre des régions qu’elle a perdues en 2004, ce qui implique de rechercher la fusion des listes de gauche et écologistes au second tour, dans le respect de l’influence de chacune, sans alliance avec le Modem. Trois, qu’elles ne se dérobent pas à la possibilité de diriger des régions, ou de participer à leurs exécutifs, dès lors que seraient réunies les conditions de la mise en œuvre des points essentiels de leurs programmes.

Le rassemblement du maximum d’énergie sur cette démarche conquérante serait la meilleure réponse au désarroi de centaines de milliers d’hommes et de femmes, y compris ceux et celles qui se sentent toujours socialistes ou écologistes de cœur mais que désespère la déshérence de leurs familles politiques.

Le NPA doit prendre toute sa place dans cette construction. Un autre choix aggraverait les sentiments d’impuissance face à une droite de combat et de résignation devant la défaite dont nous menacent des sociaux-libéraux exténués à force de renoncements. Nous sommes nombreux à espérer que vous ferez le choix de la responsabilité. Et de l’espoir…

Christian_Picquet

Article similaire

En 2024, reprendre la main sur l’avenir

C’est notre pacte républicain qui est en grand danger

La France dans la zone des tempêtes

Oui, deux États pour la Palestine

Chercher un sujet par date

novembre 2009
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30